LE TOFU

Préparation des ingrédients :


Faire tremper le soja 12 h dans de l’eau pour faire ramollir les graines.


Placer le soja dans l’extracteur avec le filtre sans trous.


Faire bouillir doucement le lait de soja avec du sel de magnésium ou un ingrédient acide en mélangeant régulièrement au fouet.


Le nigari est le plus utilisé pour faire cailler le lait de soja (sulfate de magnésium marin, extrait du sel de mer en vente en magasin Bio).


Coagulants possibles : chlorure de magnésium (extrait du nigari), chlorure de calcium, sulfate de calcium (environ 8 c. à c.), sulfate de magnésium (sel d'epsom) ou 3 cuillers à soupe de vinaigre ou de jus de citron (jaune ou vert).


Le lait de soja coagule, le petit lait sépare les morceaux solides.


Laisser refroidir 20 mn.


Si le lait de soja caillé se forme mal, ajoutez 1 cuiller à café de nigari dilué dans de l’eau.
Ecumez le caillé et le déposer dans un "Chinois" ou dans un moule à tofu dont le fond est recouvert de tissu blanc, pressez fortement dans le moule pour évacuer tout le petit lait présent en quantité.


Après pressage, refroidir le tofu 20 mn sous l’eau froide pour le raffermir.


Conservez le tofu au réfrigérateur quelques jours dans de l’eau froide à renouveler tous les jours.

TOFU


Conseils pour faire son tofu :
www.celnat.fr/pages/TofouMaison4Pages.pdf
www.vegetarisme.info
http://fr.ekopedia.org/Tofu
http://bionature.e-monsite.com/...tofu-maison...html
http://codeplanete.blogspot.fr/2012/11/le-tofu-maison.html

Le Tofu : qu’est-ce , pourquoi, comment ?

Le tofu est une pâte faite à base de graines de soja jaune, d'eau et d'un coagulant.

Pauvres en calories il remplace avantageusement les protéines animales.


Très apprécié par les asiatiques et les végétariens, le tofu a un goût et une texture consistante proche de celui de la viande.


Le tofu est pauvre en calories et se digèrent facilement.


Le tofu est une excellente source de protéines végétales.

Il est pauvre en graisses saturées, riches en minéraux et faible en calories, ce qui fait de lui un allié idéal pour un régime minceur. Le tofu est aussi très bien toléré par l'organisme et se digère facilement.


Le tofu aide à renforcer le taux du bon cholestérol.

Il contient cinq fois moins de "mauvaises" graisses que la viande, aucune trace de cholestérol (contre 60 milligrammes pour la viande), quatre fois plus de magnésium et trois cents fois plus de calcium », et le tout, pour seulement 114 calories aux 100 grammes.

Le tofu dispose de multiples vertus bénéfiques pour la santé. Il aide à prévenir l'ostéoporose et il renforce le taux du bon cholestérol.

De plus, il peut faire diminuer les bouffées de chaleurs chez les femmes ménopausées.


Une recette minceur à base de tofu pour une cuisine saine et légère

L'alternative à la viande

Le soja "viande végétale"

C'est ainsi qu'on le surnomme au Japon.

On croit souvent à tort que les protéines ne se trouvent que dans la viande, le poisson et les œufs.

Ces nutriments sont également présents dans d'autres aliments, dont les céréales, produits laitiers, fruits, légumes, mais leur quantité diffère.

Dans le monde végétal, le soja est la graine la plus riche en protéines.
 
C'est pourquoi les végétariens en consomment beaucoup, sous des formes très diverses.

En tête du palmarès protéique du soja, le tempeh, qui contient plus de protéines que la viande, le poisson ou l'œuf (20,7 % aux 100 grammes contre 15 à 20 %), devant le miso et le tofu (14 %).

Au bas du tableau, le tonyu ou "lait" de soja (3,6 %, comme le lait de vache).

Qualitativement, toutes les protéines ne se valent pas.

Celles contenues dans l'œuf représentent la référence suprême, avec neuf acides aminés essentiels et une digestibilité maximale (100 %, selon la classification de l'Organisation mondiale de la santé).

Le soja, lui, avec ses huit acides aminés essentiels, se place quasiment au même niveau que viandes et poissons (75 %). Mais il comporte, en plus, de nombreux avantages diététiques :

- une teneur plus faible en lipides (8 grammes pour le soja, contre 10 pour
la viande) et en acides gras saturés (1,2 gramme contre 5) ;

- une plus forte présence de fibres et de minéraux (calcium, magnésium, fer,
phosphore, potassium) ;

- un apport calorique moindre.

Une aubaine pour ceux qui font attention à leur alimentation... et à leur ligne.

Le soja présente aussi de nombreuses vertus médicinales.

Il est hypoallergénique.

Le tonyu est mieux toléré que le lait de vache. C'est pourquoi de plus en plus de bébés allergiques au lactose en sont nourris.

Il évite les calculs rénaux.
Des études sur des animaux ont montré que les protéines de soja empêcheraient la formation de calculs rénaux et entraîneraient même leur dissolution.

Il prévient aussi l'apparition des maladies cardio-vasculaires.De nombreuses études ont montré que la consommation de soja réduit de près de 10 % le taux de cholestérol.

Au point que la Food and Drug Administration, institution américaine chargée de l'homologation des produits alimentaires et des médicaments, a décidé d'autoriser un label de santé qui établit un lien entre la présence de protéines de soja et la diminution du risque de maladies coronariennes.

En France, les compléments alimentaires à base de lécithine de soja (poudre fabriquée à partir des fèves) se développent pour lutter contre l'excès de cholestérol.

Il diminue les risques de cancer.
On constate six fois moins de cas de cancer du sein chez les Asiatiques que chez les Américaines.

Les isoflavones (hormones végétales ou (phyto-oestrogènes) contenus dans le soja permettraient d'inhiber la croissance des cellules cancéreuses en bloquant les effets dommageables induits par un excès d'oestrogènes.

Quant au cancer de l'estomac, des études au Japon ont démontré qu'en consommant un bol de soupe miso par jour, les risques diminuaient d'un tiers. Il réduit la fréquence des bouffées de chaleur.

Les hormones végétales du soja atténueraient également les symptômes liés à la ménopause.

Les Japonaises se plaignent moins de bouffées de chaleur, maux de tête et autres désagréments rencontrés durant cette période.

25 g par jour de protéines de soja constituent la dose moyenne recommandée pour les femmes ménopausées. Et 40 g augmenteraient le contenu minéral osseux, le soja serait aussi bénéfique contre l'ostéoporose.

On l'aura compris, le soja, c'est bon pour la santé, mais qu'en est-il pour nos papilles ?

Le soja sous toutes ses formes

Le tonyu (prononcez "tonyou" ), ou "lait" de soja, est fabriqué à partir des graines de soja trempées puis broyées dans de l'eau avant d'être filtrées. Sa composition exempte de lactose et de cholestérol, contient 15 mg de calcium aux 100 grammes.

Le tonyu est proposé nature, aromatisé à la vanille ou au chocolat ou associé à des jus de fruits.

* Le tofu est la forme de soja la plus consommée, résultant de la coagulation, puis de l'égouttage du tonyu.
Le tofu, sorte de "fromage frais", n'a ni odeur ni saveur, mais s'imprègne des arômes des aliments avec lesquels il est cuisiné. Il peut être servi dans une salade composée, une soupe, une quiche.

Présenté en tranche de 1,5 centimètre d'épaisseur, sous emballage plastique, il se conserve quelques jours dans le réfrigérateur (il suffit de le recouvrir d'eau dans un récipient hermétique).
Au rayon frais, on le trouve fumé, aux olives, au basilic, aux fines herbes, à la provençale ou encore au curry.

Le miso est fabriqué à partir de la fermentation de haricots de soja mélangés à du riz ou de l'orge. Il existe différentes sortes de miso : salé ou sucré, blanc, jaune ou rouge suivant son âge.

Son utilisation la plus répandue est dans la fameuse "miso soupe" nippone, mais il se cuisine également avec des légumes ou des céréales auxquels il apporte son goût salé.

Le tempeh ressemble à un nougat dont la croûte serait fleurie à la manière des fromages.

Ce produit à la saveur prononcée se consomme cuit. Le tamari et le shoyu, deux sauces qui servent à assaisonner salade et légumes.

Le shoyu a un goût moins prononcé que le tamari.